CaddyHomeMon Georges et moi-même avons pris l’habitude de faire des courses à travers CaddyHome, le service de commande en ligne et livraison à domicile de Delhaize. À ma connaissance, les concurrents ne proposent que l’option de commander en ligne pour ensuite aller quand même jusqu’au supermarché pour aller chercher ses courses.

Nous commandons une fois tous les 3-4 mois de très grosses courses: farine, lait de soja, papier WC, … Tout ce qui est lourd et/ou encombrant, et pas périssable. Ainsi, nous atteignons un montant qui nous exempt de frais de livraison. Et bien sûr, cela nous évite de nous coltiner 6 litres de lait de soja sous le bras toutes les semaines!

Je lisais dernièrement le très beau livre « Made in Belgium » de La Renaissance du Livre, et je suis tombé sur l’affiche ci-dessus, datée de 1897. Tout de suite, je me suis fait la réflexion: « Mais c’est comme CaddyHome! ». Et oui! La cliente moderne sélectionne à son aise les denrées qu’elle requiert dans son catalogue (CaddyHome nous envoie aussi son énorme catalogue en version papier, avec la référence de tous les produits disponibles en ligne), puis transmet sa liste à une employée (à travers un site web, de nos jours), qui va apporter à la cliente tout ce qu’elle a demandé.

CaddyHome, moderne depuis le XIXème siècle!

Comme nous avions loué une voiture pour aller en Suisse, nous en avons profité pour faire le plein de… lait de soja!

Je suis assez glouton au déjeuner: tout les jours, il y a un litre de lait de soja qui disparaît. Quand mon mari fait les courses, c’est le lait de soja qui est le plus problématique: c’est très lourd à porter! Nous avons donc dévalisé le rayon des laits de soja de plusieurs supermarchés autour de chez nous en profitant du coffre de la voiture. Selon les calculs de mon Georges, on a de quoi tenir jusqu’en septembre, avec 220 litres de lait de soja!

Mon mari et moi avons acheté notre maison il y a trois ans près du centre-ville, à proximité de plein d’arrêts de bus et de la gare des trains pour pouvoir nous passer le plus longtemps possible d’une voiture. Les autos, ça pollue et ça coûte cher.

Seulement voilà: d’ici environ un an, je devrai normalement me trouver un nouveau job… Et dans mon domaine, si je veux bosser dans une boîte privée, je pourrai difficilement me passer d’une voiture. Terrrrrrible dilemme!… Qui n’en est pas vraiment un, dans la mesure où nous n’avons pas le choix.

J’ai essayer de retourner la situation dans tous les sens pour trouver la solution la plus économique… Qui n’est malheureusement pas la plus écologique, au vu du prix des voitures électriques. J’ai voulu à priori éviter l’achat: rien que de penser à toutes les choses que ça implique, j’en ai des frissons:

  • l’achat en lui-même,
  • l’éventuel emprunt nécessaire,
  • l’immatriculation,
  • la taxe de mise en circulation,
  • l’assurance,
  • le carburant,
  • l’entretient,
  • l’impact sur les impôts, …

Rien de tout cela ne figure dans ma liste de souhaits, à priori. J’ai donc été voir du côté de Cambio, la solution de partage de véhicules. Puisqu’en lieu et place de partage, il me faudrait un véhicule à l’année, mon calcul approximatif débouche sur un prix mensuel d’environ 750 €. Oui, c’est beaucoup… Mais en même temps, Cambio n’est pas prévu pour ce type d’usage non plus.

Et le leasing? Super-idée, non? Location tout compris, avec possibilité de rachat du véhicule en fin de location, après plusieurs années!… Oui, sauf que si on n’est pas une entreprise (véhicule de société), rien n’est déductible des impôts (corrigez-moi si je me trompe), et ça revient toujours trop cher.

Alors, que reste-t-il? Et bien, la pire des solutions: l’achat. Cela dit, je reste réticent à l’idée d’acheter en occasion, sachant que cela multiplie les risques de frais importants en entretient. En neuf, de ce que j’ai pu voir, Dacia semble bien s’en sortir avec une voiture de 5 places et un coffre à partir de 6000 € (en promo, tout de même). Enfin, il nous reste encore un an pour voir venir les choses et différer l’achat…

J’adore la Roumanie: elle m’aura donné le plus merveilleux des maris, et une voiture pas chère (non pas que l’un ait un rapport avec l’autre, hein!).

Dernièrement, j’ai craqué: j’ai acheté une Wii en seconde main à la boutique Ebay de Namur. Bon, elle était rouge, ça a joué dans ma décision (même si la couleur ne change rien au contenu). Il m’aura fallu 3 semaines pour la sortir de sa boîte (j’avais plein de choses à faire, donc voilà…), et c’est là que j’ai découvert… qu’il manquait un câble! Oui, encore! C’est une malédiction! Enfin, heureusement, j’ai pu le récupérer tout de suite en allant réclamer à la boutique Ebay.

Et voilà! Je peux maintenant m’acheter des jeux aussi fantastiques que « Le programme de rééducation du périnée », ou encore « Feu de bois chaleureux« , et même le semi-porno « Enjoy your massage »! (Oui, non, je rigole, bien sûr…)

Il est arrivé!Le jeu qui m’a fait prendre une bonne résolution (que je n’ai pas tenue, évidemment) est arrivé!
Il est arrivé par un envoi recommandé en provenance de Hong Kong, que j’ai dû aller chercher à la Poste*.
Oh que c’est beau! Pier Solar, un jeu neuf sur SEGA Megadrive, 20 ans après les heures de gloires de la console! Les développeurs, des amoureux de la machine qui affichait fièrement « 16-BIT » sur son capot, ont conçu un jeu sans la moindre aide de la part de SEGA.
Je suis très content de voir apparaître ce genre d’initiative: ce n’est pas parce que les consoles modernes sont plus puissantes que les jeux qui tournent dessus sont mieux pour autant. À certaines occasions, il est même possible de voir débouler des jeux qui exposent les mirettes des joueurs avec des choses belles à pleurer, mais autour d’un jeu ennuyeux comme les pierres (mes excuses aux géologues).

Et là… LÀ!… J’ai eu une vision! Une vision d’avenir… Pour la Belgique, et Herstal en particulier. Herstal, c’est une petite ville près de Liège, avec une fabrique d’armes qui appartient à la Région Wallonne. Quand on entend parler de la FN Herstal dans la presse, c’est soit pour un problème employeur-employé avec des syndicalistes qui appellent à la grève (et ils ont bien raison), soit parce que « oh bein zut, alors! » on a découvert que les armes qu’elle produit servent à massacrer des gens (encore récemment ici). C’est con quand même… Alors que nos chers gouvernants espèrent à chaque fois que les armes vendues ne causeront de tort à personne! C’est vraiment pas de bol.
Mais donc: ma VISION, très en rapport avec Pier Solar et les jeux vidéos, ce serait de convertir la FN de Herstal en une fabrique de Megadrive (ou de sa version portable, la Nomad) pour un prix plancher (évolution de la technologie oblige), et ainsi commercialiser une console extraordinairement bon marché avec une librairie de jeux très large (sortis entre 1988 et 2010), et des perspectives de développements de nouveaux jeux à faible coût (le coût du développement de jeux sur les consoles modernes s’est envolé). D’ailleurs, au Brésil, la Megadrive est toujours commercialisée. Moi je dis: autant de jeux pour si peu d’argent, ça ne peut que se vendre comme des petits pains. Et au moins, personne ne sera blessé avec ça.

Oh, une dernière chose. J’ai été très médisant. En réalité, Pier Solar ne ma coûté que 32 € (45$), frais de port compris, et non pas 60 € comme je le disais précédemment.

* Parce que le facteur s’est barré en courant après avoir sonné à la porte… Mon homme n’a pas eu le temps d’ouvrir qu’il était déjà parti. Je l’imagine en train de ricaner de sa bonne blague! (Je rigooole… Je sais bien que le facteur ne l’a pas fait exprès.)