Here is a personal story, to show you a symptomatic trend in our churches.

On Whitsunday, or Pentecost day, my husband had to fly to Edinburgh. As his flight took place before noon, we had checked to see where he could attend the Mass in one of the Episcopal churches in and around Edinburgh.

We first sent an e-mail to the diocese, but they were unable to answer, saying that we had to look for ourselves on the web. So we did, and we found Saint Philip’s church, as the one and only having an evening Mass on Sundays.

But once he got there, my husband found a closed door. In short, in the whole area of Edinburgh, there is no Sunday evening Mass (either on Saturday evenings, or on Sunday evenings).

In Belgium, 22,6% of the active population works on Sundays, and 34,1% of the Belgian population works on night shifts (source). Even if we consider that for many people, these two categories overlap, we still have one-third of the active population that is not available on the « traditional » Sunday Mass schedule of 10:30 or 11 AM. I do not know the situation in Scotland or in the rest of the countries of the Anglican Communion, but the health services, the water supply and treatment, the electricity and gas distribution, the public transportation, the hospitality industry, the mailing services, journalism, and many more industries operate on Sundays too, day and night, whichever be the country. That was probably not a concern of the pre-modern society, which gave us the « traditional » Sunday Mass schedule, but today, the Church is completely ignorant of the Sunday-working and night-life « minority » of the Church’s fold.

Here I am not blaming the Scottish Episcopal Church alone, but the Churches in general. The problem is not of today. Several decades ago, when many people were already working on Sunday and night shifts, there were still many people going to church; therefore the Church could ignore the « minority. » But today, it is probably the 12th hour, and the Church could recover some of those she has ignored for the past decades.

As a night and Sunday worker myself for the past 13 years, I can testify of the high perseverance I needed, of the many sleepless hours and days, just because the Church was ignoring those of my « minority » made up of 1/3 of the active population! When I used to finish my shift at 7 AM, and had to wait long hours until Mass, the priest’s greeting, « Good morning everyone », and the sermon beginning with the words « this morning » seemed an insult rather than good news.

But besides that third of the active population, there are other: students that have to study or do their long homework, and who cannot afford a whole forenoon out of their study. There are also families, the members whereof do not see each other during the week, and for whom a quarter of the weekend is too much time outside the family. There are people having to travel on Sunday forenoon, like the case presented at the beginning of this article. There are tourists that would not lose a whole forenoon of their journey because of a one-hour Mass. We must not push the faithful to chose between Mass and beach, between Eucharist and study, between Holy Communion and travel, between Church and work. The former must always be compatible with the latter. And this is only possible through evening Masses of the Lord’s Day.

For all these reasons, Saturday vigil Masses and Sunday evening Masses should become much more available.

Both Saturday and Sunday evenings are fit for the night workers and Sunday workers. The most tourist-friendly schedule is Saturday evening. If people go somewhere for the weekend, they would attend Mass without stress on Saturday evening before having supper. If people plan a Sunday city trip, they would first have Mass on Saturday evening before the journey, then have the whole Sunday time for tourism. For those who party on Saturday nights, a Sunday evening Mass is the fittest, for obvious reasons.

Every Mass of Saturday evening is a small Easter vigil. The primitive Church used to have her weekly Eucharist on Saturday night (Acts 20:6-11). As for Sunday evenings, we should remember our Lord: he only celebrated himself the Eucharist twice: first on the night before he was betrayed, and on Easter Sunday evening in Emmaus. Both were evening celebrations. So, finally, our « traditional » schedule of 10:30 or 11 AM has nothing really « traditional », but was a convenience for an agrarian society long gone.

Some may object, saying that in their congregation they have one Mass on Sunday forenoon, and choral evensong (eventually with adoration and benediction) on Sunday evening. To this, I reply that accommodation may be done in the following manner. If there be choral evensong, you may easily hook an offertory and the rest of a low Mass, in which case the service will not last very long. By the way, there are people who only attend evensong, and by this mechanism, they could also have Holy Communion. Now if your specificity is to have Mass in the forenoon, and evensong with adoration and benediction in the evening, here’s a tip. At Mass, consecrate a second large host, as usual, and place it in the ostensory, as usual, with the rest of the Eucharistic reserve. However, instead of purifying the chalices, keep in the tabernacle one of them with the remaining Eucharistic wine. In the evening, as your evensong draws to its end, spread the corporal on the altar, as usual. After the people have adored the Lord who is present in the presanctified species, you can distribute the Holy Communion thereof. When the people have received the body and blood, the priest can bless them not with the ostensory (which by now would be empty), but with the chalice. Then you would purify the vessels, as usual. Such a liturgy of the presanctified gifts would also have the merit not to sunder the adoration and benediction from the real purpose of the Eucharistic reserve, that is, the Holy Communion.

Last but not least, the nowadays situation is very clericalist. First, the Mass schedule is set in accordance with the stipendiary priests, and not focused on the needs of the flock. Secondly, stipendiary clergy of all levels have their day off, during the week, and they are expected to do nothing of church things during their sacred resting day. On the other side, the rest of us use to work the whole week, but when we finally have our sacred resting day, we are expected to give away half of it for the sake of the Church. In fact, most of the Masses that are scheduled on Sunday evenings (except in universities) are done so, not because somebody cared for the constraints of the flock but just because the priest cannot be there in the forenoon, and thus, as a plan B.

Voici une histoire personnelle, pour vous montrer une tendance symptomatique dans nos églises.

Le dimanche de la Pentecôte, mon époux a dû prendre l’avion vers Édimbourg. Comme il devait voyager en matinée, nous avons dû voir s’il y avait moyen qu’il aille à la Messe à l’une des nombreuses églises épiscopaliennes (anglicanes) sur Édimbourg.

D’abord, nous avons envoyé un courriel au diocèse, qui nous a répondu de chercher par nous-mêmes. En épluchant la toile, nous avons trouvé la que l’Église Saint-Philippe était la seule qui avait la Messe les dimanches soir.

Une fois sur place, mon mari s’est retrouvé devant une porte fermée. En gros, sur Édimbourg, il n’y a aucune Messe vespérale (que ce soit le samedi soir ou le dimanche soir).

En Belgique, 22,6% de la population active travaille les dimanches, et 34,1% des Belges actifs travaillent la nuit (source). Même si l’on considère que certaines personnes se trouvent simultanément dans les deux groupes, il y a quand même un tiers des travailleurs et travailleuses pour qui la Messe à 10h30 ou 11h, selon l’horaire « traditionnel », ne convient pas. Je ne sais pas comment ça va en Écosse et ailleurs, mais quel que soit le pays, beaucoup d’activités ne s’interrompent ni le dimanche, ni la nuit: hôpitaux, services de l’eau (épuration, potabilisation, distribution), transports, hôtels, journaux, la poste etc. La société pré-moderne n’avait pas tout ça. Donc l’horaire « traditionnel » de la Messe dominicale convenait à tout le monde. Mais aujourd’hui, l’Église ignore complètement la « minorité » qui travaille les nuits et les dimanches, alors qu’elle a des membres appartenant à ces catégories.

Je ne jette pas la pierre à l’Église épiscopale écossaise seule, mais aux Églises en général. Le problème ne date pas d’aujourd’hui ni d’hier. Il y a plusieurs décennies, des gens bossaient déjà les dimanches et en horaires de nuit. Mais à l’époque il y avait quand même beaucoup de gens diurnes qui remplissaient les églises. L’Église pouvait ignorer la « minorité » invisible. Mais aujourd’hui, on est à la 12ème heure, et l’Église pourrait récupérer au moins une partie de ceux et celles qu’elle a ignoré-e-s par le passé.

Je suis moi-même un travailleur de dimanche et de nuit depuis 13 ans, et je peux vous raconter à quel point il faut être motivé pour aller encore à la Messe le dimanche après le taf. Je fais partie de ce tiers de la population active, une « minorité ». Il y a quelques années, je devais rester éveillé après mon service de nuit, pour pouvoir aller à la Messe, et quand le prêtre faisait référence à « ce matin », je trouvais que ce n’était pas drôle. Souhaiter un bon matin en plein milieu du jour ressemblait à une insulte.

Mais au-delà de ce tiers de la population active, il y a d’autres gens: des étudiants qui doivent faire leurs devoirs ou étudier, et qui ne peuvent pas allouer une demi-journée de leur temps précieux pour aller à la Messe. Il y a des familles qui ne se voient pas pendant la semaine, pour qui une demi-journée signifie beaucoup. Il y a celles et ceux qui doivent voyager le dimanche dans la matinée, comme le cas évoqué plus haut. Il y a des touristes qui ne peuvent pas gâcher toute une matinée pour une Messe d’une heure. Nous devons arrêter de pousser les gens à choisir entre la Messe et la plage, entre l’Eucharistie et le temps d’étude, entre l’église et le travail, entre voyager et reçevoir la communion. La Messe devrait être toujours compatible avec toutes ces activités. La solution, c’est de célébrer des Messes vespérales le jour du Seigneur.

Pour toutes ces raisons, il devrait y avoir davantage de Messes les samedis soir et dimanches soir.

Autant les samedis que les dimanches soir conviennent aux travailleurs de dimanche et de nuit, selon les cas. Les samedis soir sont les plus propices pour les touristes. Si les gens passent leur fin de semaine quelque part, ils pourront aller à la Messe là-bas, sans stress, le samedi avant de souper. Si les gens planifient de passer leur dimanche en visitant une ville, ils sont susceptibles d’aller à la Messe samedi soir avant d’entamer leur voyage. Les Messes du dimanche soir conviennent particulièrement à ceux qui font la fête vingt-quatre heures plus tôt.

Toute Messe du samedi soir est une miniature de la vigile pascale. L’Église des premiers siècles célébrait son Eucharistie hebdomadaire le samedi soir (Actes 20:6-11). Pour ce qui est des dimanches soir, rappelons-nous la vie du Seigneur sur terre: il n’a célébré l’Eucharistie que deux fois: d’abord la nuit où il fut livré, ensuite le soir du dimanche de sa résurrection, à Emmaüs. Les deux fois, c’était le soir. C’est-à-dire que notre horaire « traditionnel », 10h30 ou 11 h avant midi n’a rien de « traditionnel », mais il était conçu pour une société agraire, déjà révolue.

Certains pourraient objecter en disant que chez eux on célèbre une Messe dimanche avant midi, ensuite le soir les vêpres (éventuellement avec adoration et bénédiction du Saint-Sacrement). Je réponds que l’on peut adapter cela, de la façon suivante. Si vous avez les vêpres, on peut enchaîner facilement l’offertoire et le reste d’une Messe basse, pour pas que l’office soit trop long. D’ailleurs, il y a des gens qui ne vont qu’aux vêpres, et à qui vous pourrez donner la communion par ce mécanisme. Maintenant si vous avez la Messe avant midi, suivie le dimanche soir par les vêpres avec adoration et bénédiction du Saint-Sacrement, vous pouvez faire ceci. À la Messe, consacrez une seconde grande hostie, comme d’habitude, la mettant dans l’ostensoir. Mais au lieu de purifier tous les calices, gardez-en un avec le reste du précieux sang, dans le tabernacle. Le soir, à la fin des vêpres, ouvrez le corporal comme d’habitude. À la fin de l’adoration, on pourrait donner la communion à partir de la seconde grande hostie et de la réserve de vin eucharistique. Une fois que les gens ont communié, le prêtre pourra leur donner la bénédiction, non plus avec l’ostensoir (qui est vide maintenant), mais avec le calice. Puis on peut purifier les vases liturgiques, comme de coutume. Cette liturgie des présanctifiés aurait le mérite de prévoir l’adoration, sans que les espèces eucharistiques soient séparés du fait de communier, qui est leur raison d’être.

En fin de compte, la situation actuelle est très cléricaliste. L’horaire des Messes ne correspond qu’aux besoins des prêtres non-ouvriers, sans prendre en considération les besoins réels des ouailles. Deuxièmement, les évêques, prêtres et diacres qui gagnent leur pain du travail ecclésiastique ont leur jour de congé en semaine, sans qu’on attende d’eux de faire des « trucs d’église » pendant leur repos sacrosaint. Par contre, on s’attend à ce que le reste d’entre nous, qui sommes au taf toute la semaine, allouions à la Messe dominicale une demi-journée de notre repos. Au fait, quand il y a quelque part des Messes les dimanches soir, c’est dans chaque cas (universités exceptées) parce que le prêtre ne sait pas être là le matin, donc par second choix.

after

It Is Well with My Soul / Haste the Day.

Vous savez peut-être que je suis fan du groupe Haste the Day. Ils tirent leur nom d’un chant, It Is Well with My Soul, que j’ai traduit ce matin. Voici ma traduction:

Quand, comme un torrent, ta paix nous arrosait,
Et quand les problèmes frappaient,
Malgré notre sort, tu nous fis proclamer,
Ça va bien, notre cœur est en paix.

Ref.: Notre cœur est en paix,
Ça va bien, notre cœur est en paix.

Épreuves et Satan, s’ils nous ébranlaient,
En toi, Christ, l’espoir est puissant;
Tu as eu pitié de nos peines et plaies:
Pour nous, tu as versé ton saint sang.

Puisque nos péchés sont cloués sur ta croix,
Tous nos buts ratés, chacun d’eux,
Glorieux souvenir: c’est toi qui les expias;
Que notre âme te loue, notre Dieu!

Pour nous, désormais, Christ Dieu, en nous tu vis,
Et si le Jourdain nous noyait,
Nous n’aurions pas peur; dans la mort ou la vie,
Notre âme est, sans arrêt, dans ta paix.

Le but, c’est le ciel, et non pas le tombeau;
Christ, nous attendons ton retour;
Fais l’ange sonner la trompette, ô Très-Haut,
Nos cœurs seront en paix en ce jour.

Seigneur, hâte le jour où la foi sera
Devant l’évidence, et les nues
Seront enroulées, et tu apparaîtras!
L’âme en paix, on attend ta venue.

When I survey the wondrous cross.

Voici une traduction-adaptation en français du chant When I survey the wondrous cross (cliquer pour écouter):

Lorsque l’on voit la sainte croix,
Où, Roi de gloire, tu mourus,
Richesse et gloire d’ici-bas
Ne sont que des déchets, Jésus.

Nous ne voulons nous glorifier
Que dans ta croix, Christ, notre Dieu;
Nul vain trésor ne peut payer
Le prix de ton sang très précieux.

Sur tes mains, pieds, visage nu,
L’amour se mêle à la douleur;
Sur la couronne, qui a vu
Épines en guise de fleurs?

Le monde entier, si nous l’avions,
Ne suffirait, pour te l’offrir;
Merci, Christ, pour la rédemption;
Nos vies sont là pour te servir.

Du master vers le doctorat.

rootsEn décembre dernier, j’ai obtenu mon master en œcuménisme (détails ici). À présent, je suis inscrit au Pôle Universitaire Euclide, où je fais un doctorat en théologie. Je rends grâce à Dieu. Je me sens tellement bien!

Pour ma licence en théologie, j’ai fait un mémoire sur la vigile pascale, et comment on devrait la réactualiser, la vivre, dans les rites latin et byzantin. Pour mon master, j’ai travaillé sur la réforme du BCP épiscopalien, qui doit être révisé, et j’ai proposé une révision avec réancrage dans la Tradition de l’Église et les rites traditionnels. Pour ma thèse de doctorat, je compte m’attaquer à l’office divin dans le rite byzantin.

En effet, l’office divin dans le rite byzantin présente plusieurs problèmes. L’Ancien Testament, à l’exception de la Genèse, de l’Exode et des Proverbes, n’est jamais parcouru en église. Le psautier devrait être parcouru en une semaine, ce qui n’est pas faisable dans les paroisses et les petits couvents. Les matines durent cinq heures les dimanches, et quatre heures en semaine, donc la plupart des communautés les abrègent, en retranchant au plus souvent des parties importantes. Voilà pourquoi quelques chose doit être fait. Mais en même temps, il ne faut pas charcuter le rite byzantin à l’image des “réformes” liturgiques occidentales du 20e siècle. Mais alors, que faut-il faire? J’ai quelques idées…

Tentations.

En ce premier dimanche du carême, on lit toujours les trois tentation du Christ, au début de son ministère public. L’une des choses les plus surprenantes, c’est que le diable cite de travers les Écritures, hors contexte, en demandant à Jésus de se jeter dans le vide. Le mécanisme est le même que dans la toute première tentation, dans la Genèse, où le diable fait dire à Dieu ce que Dieu n’a pas dit.

Nous utilisons beaucoup cet épisode pour parler des fondamentalistes. Tels le démon, les fondamentalistes ont l’habitude de citer de travers les Écritures, hors contexte, afin de casser les pieds aux uns et aux autres.

Mais on ne doit pas s’arrêter à la Bible seule. Un mécanisme que j’ai beaucoup rencontré chez les théologiens orthodoxes de rite byzantin, c’est de présenter leur opinion privée comme étant l’enseignement officiel de leur dénomination. Et, avec le temps, la personne change d’avis, considérant aussi que la dénomination ait également changé avec (grâce à?) lui. Par exemple, dans la première édition de son livre, Kallistos Ware déclare que la contraception est totalement interdite dans son Église; vingt ans plus tard, il dit que les fidèles peuvent choisir pour eux-mêmes; vingt ans après, il présente sa dénomination comme une Église libératrice, où l’on peut user de la contraception sans scrupules.

Mais les Églises orthodoxes byzantines ne sont pas un cas isolé. Des gens de différentes dénominations aimeraient tellement que la dénomination embrasse officiellement leur propre point de vue, qu’ils croient vraiment que c’est le cas. Ceci nous amène à la question de l’officialité d’une chose. Ceux qui se sont battus pour l’abolition de l’esclavage, par exemple, l’ont fait lorsque l’esclavage était “officiel”. Aujourd’hui, les végétaliens se battent pour les droits des animaux, alors que le carnisme est “officiel”.

Dieu n’a rien à kicker de ce qui est “officiel”. On voit cela dans la question de répudiation. Jésus ne répond pas: «La position officielle du sanhédrin à propos de la répudiation, chapitre untel, paragraphe untel, est la suivante.» Jésus va aux sources.

Star Trek à nouveau.

Dans la série Star Trek Discovery, beaucoup étaient déçus à la fin de la première saison. La série avait lancé deux personnages gais en couple, puis l’un d’eux était mort “gratuitement”. Puis, dans cette deuxième saison, on apprend qu’il n’était pas vraiment mort…

Jusqu’à présent, à quelques exceptions près (par ex., les O’Brian), les personnages des autres séries sont tous des hippies sans capacité de relation sérieuse. Voilà qu’avec Star Trek Discovery, les choses ont évolué.

Quelques détails ici et .

O One with God the Father.

En ce dernier jour après l’Épiphanie, voici ma traduction-adaptation du chant O One with God the Father, de Walsham How, évêque de Wakefield:

Ô Christ, égal au Père
En gloire et majesté,
Lumière de lumière,
Rayon de sa clarté:
Sur nos demeures sombres
Brille en ce jour, Jésus;
Devant toi fuient les ombres:
Lumière au monde es-tu.

Or notre vue est faible;
Lumière, lève-toi;
Dissipe les ténèbres,
Afin que l’on te voie.
Nous suivrions tes traces,
Sur ton chemin glorieux:
La route est efficace,
Et mène à toi, ô Dieu.

Que brille ici ta grâce,
Sur nous, Jésus, partout;
Resplendissant ta face,
Christ, tourne-toi vers nous.
Nul n’a besoin d’étoile
Pour nous guider vers toi;
Soleil, tu te dévoiles,
Illuminant nos pas. Amen.

Love Divine All Loves Excelling.

En avril 2015, j’ai traduit le chant anglais Love Divine All Loves Excelling, mais je me rends compte que j’ai oublié de le mettre en ligne. À la base, je voulais juste corriger la traduction de Violette Pasquier, mais pour finir, il en est sorti une traduction nouvelle. La voici:

Ô amour qui tout dépasses,
Joie du ciel, chez nous descends.
Fais briller sur nous ta face,
Purifie-nous par ton sang.
Toi, Jésus, amour immense,
Affermis nos cœurs tremblants.
Fais-nous sentir ta puissance,
Prends pitié de tes enfants.

Souffle ton Esprit, le gage
Et les arrhes, par la foi,
De notre saint héritage,
De notre repos en toi.
Au péché tu nous arraches ;
– Tu es l’Alpha, l’Oméga –
Et tu nous rends purs, sans tache,
Nous sauvant dès ici bas.

Viens, Seigneur, et nous délivre,
Fais de nous tes temples saints.
De ta vie nous pourrons vivre
Sans fin, selon ton dessein.
Et, avec les chœurs des anges,
Nous te servirons toujours,
Te chanterons des louanges,
À l’autel de ton amour.

Et ta création nouvelle,
– Terre neuve et nouveaux cieux –
Sera restaurée, plus belle,
Transformée devant nos yeux.
Avançant de gloire en gloire,
Couronnés, transfigurés,
Nous jouirons de ta victoire,
Pour toute l’éternité.

Nicolas 36 ans.

Nicolas_jbMon Nicolas fête ses 36 ans. Félicitations, mon amour!

Processionnel pour l’Épiphanie.

L’autre jour, en gare de Maubeuge, j’ai eu comme une inspiration pour écrire des paroles bilingues, français-anglais, pour un processionnel pour l’Épiphanie. Ce processionnel peut se chanter sur la mélodie Waltham ou beaucoup d’autres.

Dieu, créateur des éléments,
Qui fis les astres du néant,
Tu t’es manifesté dans l’eau;
L’astre te montre enfant nouveau.

O Maker of all things from naught,
Who stars and water first hadst wrought,
In water hast thou glory shown,
And towards thee a star has shone.
Le Temple, ayant été souillé,
En plein hiver fut purifié;
Toi, vraie lumière, nous donnas
L’Épiphanie, huit jours d’éclat.

The Temple having been defiled,
In winter was it purified;
Thou, true light, gavest us so bright
Th’ Epiphany, eight days of light.
En sanctifiant l’eau à Cana,
Du vin nouveau tu leurs donnas,
Ta gloire ainsi manifestant,
Ton ministère y débutant.

In Cana hast thou water blest,
And made thy glory manifest;
By turning water into wine,
Thy ministry didst thou design.
Christ, de ton peuple étant l’époux,
La noce est imagée pour nous:
Festin du royaume infini;
Le saint mariage tu bénis.

Lord, bridegroom of thy Church thou art;
This is a symbol to our heart:
Thy kingdom’s feast, eternal rest,
Like Cana’s wedding hast thou blest.
En sanctifiant l’eau du Jourdain,
Sur terre tu montras soudain
La Trinité, que nul ne voit,
L’unique Dieu, personnes trois:

The Jordan hast thou sanctified;
To the true faith thou didst us guide:
The Trinity, to all unseen,
On Jordan manifest has been.
Toi, Dieu le Fils, plongé dans l’eau,
La voix du Père chut d’en haut,
Et, comme la colombe, vint,
Sur toi, du ciel, Dieu l’Esprit-Saint.

Thou, God the Son, in water wast,
The Father’s voice from heav’n was cast,
And God the Spirit, like a dove,
On thee descended from above.
Le Temple redédicacé
Est obsolète et dépassé;
Tu as dressé, Seigneur très doux,
Ton tabernacle parmi nous:

Although the Temple was restored,
Became it obsolete, O Lord;
Thou, Word made flesh, thus manifest,
Among us dwellest, sinners’ guest.
En corps humain tu apparus;
Ta gloire, nous l’avons donc vue;
Christ plein de grâce et vérité,
À toi louange illimitée! Amen.

Christ, human true, shown forth at birth,
We have behold’n thy glore on earth;
Lord full of grace and truth and lore,
All praise to thee for evermore!