Du master vers le doctorat.

rootsEn décembre dernier, j’ai obtenu mon master en œcuménisme (détails ici). À présent, je suis inscrit au Pôle Universitaire Euclide, où je fais un doctorat en théologie. Je rends grâce à Dieu. Je me sens tellement bien!

Pour ma licence en théologie, j’ai fait un mémoire sur la vigile pascale, et comment on devrait la réactualiser, la vivre, dans les rites latin et byzantin. Pour mon master, j’ai travaillé sur la réforme du BCP épiscopalien, qui doit être révisé, et j’ai proposé une révision avec réancrage dans la Tradition de l’Église et les rites traditionnels. Pour ma thèse de doctorat, je compte m’attaquer à l’office divin dans le rite byzantin.

En effet, l’office divin dans le rite byzantin présente plusieurs problèmes. L’Ancien Testament, à l’exception de la Genèse, de l’Exode et des Proverbes, n’est jamais parcouru en église. Le psautier devrait être parcouru en une semaine, ce qui n’est pas faisable dans les paroisses et les petits couvents. Les matines durent cinq heures les dimanches, et quatre heures en semaine, donc la plupart des communautés les abrègent, en retranchant au plus souvent des parties importantes. Voilà pourquoi quelques chose doit être fait. Mais en même temps, il ne faut pas charcuter le rite byzantin à l’image des “réformes” liturgiques occidentales du 20e siècle. Mais alors, que faut-il faire? J’ai quelques idées…

Tentations.

En ce premier dimanche du carême, on lit toujours les trois tentation du Christ, au début de son ministère public. L’une des choses les plus surprenantes, c’est que le diable cite de travers les Écritures, hors contexte, en demandant à Jésus de se jeter dans le vide. Le mécanisme est le même que dans la toute première tentation, dans la Genèse, où le diable fait dire à Dieu ce que Dieu n’a pas dit.

Nous utilisons beaucoup cet épisode pour parler des fondamentalistes. Tels le démon, les fondamentalistes ont l’habitude de citer de travers les Écritures, hors contexte, afin de casser les pieds aux uns et aux autres.

Mais on ne doit pas s’arrêter à la Bible seule. Un mécanisme que j’ai beaucoup rencontré chez les théologiens orthodoxes de rite byzantin, c’est de présenter leur opinion privée comme étant l’enseignement officiel de leur dénomination. Et, avec le temps, la personne change d’avis, considérant aussi que la dénomination ait également changé avec (grâce à?) lui. Par exemple, dans la première édition de son livre, Kallistos Ware déclare que la contraception est totalement interdite dans son Église; vingt ans plus tard, il dit que les fidèles peuvent choisir pour eux-mêmes; vingt ans après, il présente sa dénomination comme une Église libératrice, où l’on peut user de la contraception sans scrupules.

Mais les Églises orthodoxes byzantines ne sont pas un cas isolé. Des gens de différentes dénominations aimeraient tellement que la dénomination embrasse officiellement leur propre point de vue, qu’ils croient vraiment que c’est le cas. Ceci nous amène à la question de l’officialité d’une chose. Ceux qui se sont battus pour l’abolition de l’esclavage, par exemple, l’ont fait lorsque l’esclavage était “officiel”. Aujourd’hui, les végétaliens se battent pour les droits des animaux, alors que le carnisme est “officiel”.

Dieu n’a rien à kicker de ce qui est “officiel”. On voit cela dans la question de répudiation. Jésus ne répond pas: «La position officielle du sanhédrin à propos de la répudiation, chapitre untel, paragraphe untel, est la suivante.» Jésus va aux sources.

Star Trek à nouveau.

Dans la série Star Trek Discovery, beaucoup étaient déçus à la fin de la première saison. La série avait lancé deux personnages gais en couple, puis l’un d’eux était mort “gratuitement”. Puis, dans cette deuxième saison, on apprend qu’il n’était pas vraiment mort…

Jusqu’à présent, à quelques exceptions près (par ex., les O’Brian), les personnages des autres séries sont tous des hippies sans capacité de relation sérieuse. Voilà qu’avec Star Trek Discovery, les choses ont évolué.

Quelques détails ici et .

Love Divine All Loves Excelling.

En avril 2015, j’ai traduit le chant anglais Love Divine All Loves Excelling, mais je me rends compte que j’ai oublié de le mettre en ligne. À la base, je voulais juste corriger la traduction de Violette Pasquier, mais pour finir, il en est sorti une traduction nouvelle. La voici:

Ô amour qui tout dépasses,
Joie du ciel, chez nous descends.
Fais briller sur nous ta face,
Purifie-nous par ton sang.
Toi, Jésus, amour immense,
Affermis nos cœurs tremblants.
Fais-nous sentir ta puissance,
Prends pitié de tes enfants.

Souffle ton Esprit, le gage
Et les arrhes, par la foi,
De notre saint héritage,
De notre repos en toi.
Au péché tu nous arraches ;
– Tu es l’Alpha, l’Oméga –
Et tu nous rends purs, sans tache,
Nous sauvant dès ici bas.

Viens, Seigneur, et nous délivre,
Fais de nous tes temples saints.
De ta vie nous pourrons vivre
Sans fin, selon ton dessein.
Et, avec les chœurs des anges,
Nous te servirons toujours,
Te chanterons des louanges,
À l’autel de ton amour.

Et ta création nouvelle,
– Terre neuve et nouveaux cieux –
Sera restaurée, plus belle,
Transformée devant nos yeux.
Avançant de gloire en gloire,
Couronnés, transfigurés,
Nous jouirons de ta victoire,
Pour toute l’éternité.

Nicolas 36 ans.

Nicolas_jbMon Nicolas fête ses 36 ans. Félicitations, mon amour!

Processionnel pour l’Épiphanie.

L’autre jour, en gare de Maubeuge, j’ai eu comme une inspiration pour écrire des paroles bilingues, français-anglais, pour un processionnel pour l’Épiphanie. Ce processionnel peut se chanter sur la mélodie Waltham ou beaucoup d’autres.

Dieu, créateur des éléments,
Qui fis les astres du néant,
Tu t’es manifesté dans l’eau;
L’astre te montre enfant nouveau.

O Maker of all things from naught,
Who stars and water first hadst wrought,
In water hast thou glory shown,
And towards thee a star has shone.
Le Temple, ayant été souillé,
En plein hiver fut purifié;
Toi, vraie lumière, nous donnas
L’Épiphanie, huit jours d’éclat.

The Temple having been defiled,
In winter was it purified;
Thou, true light, gavest us so bright
Th’ Epiphany, eight days of light.
En sanctifiant l’eau à Cana,
Du vin nouveau tu leurs donnas,
Ta gloire ainsi manifestant,
Ton ministère y débutant.

In Cana hast thou water blest,
And made thy glory manifest;
By turning water into wine,
Thy ministry didst thou design.
Christ, de ton peuple étant l’époux,
La noce est imagée pour nous:
Festin du royaume infini;
Le saint mariage tu bénis.

Lord, bridegroom of thy Church thou art;
This is a symbol to our heart:
Thy kingdom’s feast, eternal rest,
Like Cana’s wedding hast thou blest.
En sanctifiant l’eau du Jourdain,
Sur terre tu montras soudain
La Trinité, que nul ne voit,
L’unique Dieu, personnes trois:

The Jordan hast thou sanctified;
To the true faith thou didst us guide:
The Trinity, to all unseen,
On Jordan manifest has been.
Toi, Dieu le Fils, plongé dans l’eau,
La voix du Père chut d’en haut,
Et, comme la colombe, vint,
Sur toi, du ciel, Dieu l’Esprit-Saint.

Thou, God the Son, in water wast,
The Father’s voice from heav’n was cast,
And God the Spirit, like a dove,
On thee descended from above.
Le Temple redédicacé
Est obsolète et dépassé;
Tu as dressé, Seigneur très doux,
Ton tabernacle parmi nous:

Although the Temple was restored,
Became it obsolete, O Lord;
Thou, Word made flesh, thus manifest,
Among us dwellest, sinners’ guest.
En corps humain tu apparus;
Ta gloire, nous l’avons donc vue;
Christ plein de grâce et vérité,
À toi louange illimitée! Amen.

Christ, human true, shown forth at birth,
We have behold’n thy glore on earth;
Lord full of grace and truth and lore,
All praise to thee for evermore!

La nunta.

J’ai traduit à la fois vers le français et vers l’anglais le noël roumain La nunta ce s’au întîmplat, ou La nunta ce s’au fãcut:

Au mariage célébré
R.: Aux noces de Cana en Galilée,
Christ Jésus fut invité.

At the wedding, merrily,
R.: In Cana, town of Galilee
They called Jesus; guest was he.
Pour qu’il y eût plus de joie,
Sa maman l’accompagna.

To partake of cheer and song,
His pure mother came along.
En buvant, à table assis,
Le vin n’ayant pas suffi,

At the board, in drink and fun,
All the wine was spent, fordone.
Les convives rondelets,
Cois, entre eux se regardaient.

Those who at the table sat
Fixed each other numb and flat.
Demander aucun n’osa
S’il y eût du vin ou pas.

No-one durst ask if there be
Some more wine to drink and see.
Et la mère de Jésus,
Voyant qu’on avait tout bu,

As the wine did not suffice,
Jesus’ mother gave advice :
Dit: Jésus, mon fils divin,
Regarde: on n’a plus de vin.

Jesus, my dear son divine,
Look thou: we have no more wine.
Or Jésus, en se levant,
Appela tous les servants,

Jesus stood and raised his hand,
And to servants did command:
Pour remplir six jarres d’eau,
Jusqu’au bord, de bas en haut.

Pots of water six to fill,
To the brim, and to hold still.
L’eau bénite ainsi devint,
Par Jésus, du très bon vin.

He blest water with his sign:
Water changed into new wine.
Le témoin dut en goûter,
Lui, avant les invités.

Jesus made the best man drink:
‘Tis new wine: what dost thou think?
Du nouveau vin il goûta,
S’écriant à haute voix:

The best man thereof did taste,
And proclaimed with stev’n and haste:
Ceux qui font de grands festins
D’abord servent le bon vin;

They who give those banquets fine
First put forth the best of wine;
Quand leur soûl les gens ont bu,
La piquette leur est due.

When the guests have drunk a lot,
The bad wine refuse they not.
Quant à nous, c’est à la fin
Que l’on boit le meilleur vin.

We’ve drunk low wine, I attest,
And enjoy at last the best.
Gloire au Christ manifesté
D’ores pour l’éternité!
Christ shown forth, all praise to thee
Now and through eternity!

We Three Kings.

L’autre jour, j’ai fait une traduction-adaptation du noël We Three Kings. Le chant est basé sur l’antienne traditionnelle (voir plus bas).

Nous voici, trois mages d’Orient;
Nous venons avec des présents,
Par montagnes,
Vaux et fagnes,
Vers l’astre très brillant.

R.: Ô astre d’un éclat ardent,
Nous guidant vers l’Occident,
Tu nous mènes
Vers la pleine
Clarté du Dieu vivant!

Bethléem, l’enfant y est né;
Nous allons roi le couronner;
On lui donne
Sa couronne:
L’or le plus raffiné.

De la myrrhe au futur défunt,
Ce sera pour lui un parfum:
Lui l’offrande
Qui nous mande
Son salut a chacun.

Dernier don: encens résineux,
À l’enfant qui est notre Dieu;
En prière,
Sa lumière
Sur nous viendra des cieux.

Le voici sans gloire ici bas:
Il est Dieu, sacrifice et roi;
Alléluia, alléluia,
Ô monde, crie de joie.

tria_sunt_munera

Personent hodie.

Voici ma traduction-adaptation du noël Personent hodie, que j’ai faite dans le train, entre Neuchâtel et Lausanne, la semaine passée.

Que résonne aujourd’hui
La voix des compagnies
Des enfants qui te prient,
Ô Dieu né sur terre,
Descendu du Père,
De Marie :|| engendré, de la Vierge-Mère.

Pour le monde perdu,
En langes es venu,
Dans la crèche apparu:
Tu es dans l’étable,
Roi du monde stable;
Tu perdis :|| les projets du démon minable.

Trois mages, en cadeaux
T’apportèrent leurs lots;
Cette étoile, ô Tout-Beau,
Vers toi les attire;
Des dons ils te firent:
On t’offrit :|| t’adorant, or, encens et myrrhe.

Tels des anges figés,
Les enfants dirigés
Chantent près du clergé:
À toi la victoire,
Qui rejoins l’histoire!
Aujourd’hui :|| dans les cieux,
À Dieu soit la gloire!

Serf-arbitre.

Pendant longtemps, j’ai été l’adepte du libre arbitre. Avec le temps, je me rends compte de quelque chose qui cloche, à savoir, que les gens jettent à la poubelle des raisonnements logiques, par peur de la vérité.

Il y a un article intéressant ici, résumé ici, qui explique, d’un point de vue scientifique, que nous sommes en général irrationnels et irresponsables de notre manque de raison. En gros, c’est le serf-arbitre.

Cependant, il y a des moments dans la vie où nous vivons de vraies conversions. Vers le bien ou vers le mal. Probablement, ce sont quelques clairières de libre-arbitre, dans une vie de serf-arbitre.

Je ne me prends pas pour Dieu, pour dire si Dieu finira par sauver toute l’humanité, étant donné le manque de responsabilité (apocatastase), ou s’il condamnera quasi toute l’humanité, à cause du mal fait, peu importe le manque de responsabilité (calvinisme). Différents passages bibliques, même si l’on ne prend que les quatre évangiles, semblent tantôt en faveur de l’apocatastase, tantôt en faveur du calvinisme.