Iucundare plebs fidelis.

Voici la séquence des fêtes des évangélistes, Iucundare plebs fidelis, que j’ai traduite en français:

Donne joie à tes fidèles,
Père de vie éternelle,
Car ton peuple se rappelle
La prophétie d’Ézéchiël.

Jean s’y joint en témoignage
Dans l’Apocalypse au large,
Écrivant de longues pages,
Après sa vision du ciel:

Près du trône de victoire
Et des justes, se chamarrent
Quatre êtres vivants en gloire,
Aux visages d’animaux.

Comme un aigle: premier être;
Homme et lion on voit paraître,
Et enfin bœuf sans chevêtre,
Tous aux ailes sur leurs dos.

Les quatre figures forment
Les quatre évangiles, normes
De l’enseignement conforme
À l’Église de toujours.

Ce sont Matthieu, Marc en tête;
Luc et Jean, liste complète,
Figurés par quatre bêtes,
Qui s’envolent tout autour.

Matthieu a humain visage,
Car il a écrit des pages
Sur Dieu assumant, très sage,
La nature des humains.

Luc, à la tête bovine,
Montre comment se termine
Cette ancienne Loi divine
Des sacrifices bovins.

Marc est lion de bon augure,
Qui crie au désert, rassure:
«Vous, rendez vos vies plus pures,
Et du mal vous écartez.»

Jean est l’aigle avec deux ailes
Pour l’amour, vie immortelle,
Qui survole de plus belle
Tout le monde avec clarté.

Les prophètes voient réelles
Ces images matérielles
En vision spirituelle,
Avec interprétations.

Roues qui tournent, grandes ailes:
Comment s’interprètent-t-elles?
Roues: montée spirituelle;
Ailes: la contemplation.

Les quatre versions décrivent
Quatre belles perspectives
De ta vie terrestre, active:
Ce sont quatre points de vue.

L’être humain, c’est ta naissance;
Bœuf: ton sacrifice immense;
L’aigle dit qu’au ciel t’élances;
Comme un lion, broies la mort nue.

En Éden, quatre rivières,
Fécondant de bonnes terres,
Agissant à ta lumière,
Nous procurent grande joie.

Eux les fleuves, toi la source;
Christ au ciel, les eaux en course
Vers le bas, elles ressourcent,
Pour que nous ayons la foi.

Arrosés des quatre fleuves,
Ton amour, Dieu, nous abreuve,
Fais-nous créatures neuves,
Par ta grâce et ton pardon.

Abreuvés à leur doctrine,
Sustentés par la racine,
Goûtant les choses divines,
Dans les siècles te louerons. Amen. Alléluia.

Deus Pater credentium.

En la fête de saint Anselme de Cantorbéry, je vous propose l’hymne Deus Pater credentium, salus in te sperantium, composé par celui-ci, et traduit par moi. Je crois que cet hymne convient parfaitement pour les fêtes des apologètes et docteurs de l’Église.
ans

Dieu, Père de tous ceux qui croient,
Salut de qui espère en toi,
Exauce-nous, tes serviteurs,
Qui te prions du fond du cœur.

2. Ô Fils de Dieu, qui nous es cher,
Qui d’une vierge as pris ta chair,
Auprès de Dieu le Père assis,
Reçois l’offrande de l’esprit.

3. Esprit du Père, Esprit du Fils,
Ô doigt du Père et bras du Christ,
Inspecte notre jugement,
Avec ta grâce l’animant.

4. Unique Dieu, sainte unité,
Quant aux personnes trinité,
Assiste-nous quand nous prions;
Exauce vœux et pétitions.

5. Très sainte Trinité, accrois
Notre espérance et notre foi;
Divinité d’Unicité,
Augmente notre charité.

6. Tu es le Dieu humain en tout,
Christ, vrai humain semblable à nous:
Sors les humains du grand danger,
Quand tu viendras pour nous juger.

8. Du fait que tu es Dieu vraiment,
Allège notre chargement;
Du fait que tu es vrai humain,
Sois la défense et le témoin.

52. Pour ton Église sois le pain;
Protège-la, sois son soutien;
Quoiqu’elle soit très émiettée,
Conserve-la dans l’unité.

54. Et garde stable dans la foi
Ton peuple, ici, en cet endroit,
Et son évêque ancré en toi,
Muni de l’arme de la croix.

57. Christ, vie, lumière et vérité,
Reflet du Père et charité,
Sauveur, Suprême Être incarné,
Alpha, Oméga, prends pitié. Amen.

Finita iam sunt prœlia.

Voici un hymne pascal, que je traduis vers le français. La mélodie peut être écoutée ici.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Après la fin de ton combat,
Victorieux, tu ressuscitas;
Nous te chantons, remplis de joie:
Alléluia.

Après la mort, dont fus la proie,
Jésus, l’enfer, tu l’écrasas;
Nous te chantons, suivant tes voies:
Alléluia.

Porte d’enfer, vole en éclats!
L’accès au ciel, sans embarras!
Nous te chantons à haute voix:
Alléluia.

Par tes plaies, sauve-nous, Christ-Roi,
De la mort qui est au-delà;
Dans la vraie vie on chantera:
Alléluia.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Inventor rutili.

Le Samedi-Saint, pendant quelques mini-pauses (entre deux trains), j’ai fait une traduction-adaptation de l’hymne Inventor rutili vers le français. Hier j’en ai fait une autre. Je les mets ici, sur le blog, toutes les deux. La première, je la préfère pour sa compatibilité avec la musique; la seconde me plaît mieux au niveau du texte. À vous de voir.

Le texte latin est un poème de Prudence. Cette hymne se chantait le Samedi-Saint dans l’Europe Centrale chez les chrétiens de rite latin, lors de l’allumage du feu au début de la vigile pascale. Je ne suis pas un grand fan de cet usage, pour des raisons pratiques (pendant que deux personnes s’affairent à souffler sur les charbons et gâcher plusieurs allumettes, d’autres papotent ou rigolent, et deux chantres essaient de couvrir de leurs voix le bruit de fond; personne ne fait attention à l’hymne, car tout le monde est focalisé sur le feu). Néanmoins, Inventor rutili pourrait convenir aux premières vêpres de la Pâque, là où il n’y a pas de vigile pascale.

Première version

Inventor rutili
Inventor rutili
Inventor rutili
Inventor rutili

Tu peins le ciel avec le feu des étoiles ;
La lune brille aussi de lumière pâle ;
Mais tu nous fais tirer du feu d’une pierre :
L’étincelle au départ de notre lumière.

Le feu vient du caillou : une parabole ;
C’est toi la pierre, ô Christ : voici le symbole ;
Notre espoir est en toi ; car ton étincelle
Allume en nous la foi, Roc de tes fidèles. Amen.

Seconde version

Inventor rutili
Inventor rutili
Inventor rutili
Inventor rutili

Tu peins le ciel avec des étoiles en feu ;
La lune brille aussi, nous éclairant, ô Dieu ;
Mais tu nous donnes, Christ, lumière du caillou,
Une étincelle étant début du feu pour nous.

Tirant feu du caillou, tu nous fais savoir :
C’est toi la pierre, o Christ, la vraie lumière, espoir ;
Une étincelle issue de toi nous embrasa,
Dans ton corps établis, sur le roc de la foi. Amen.

Grates peracto.

Voici une hymne, Grates peracto iam die, que j’ai traduite vers le français, pour les complies du temps de la septuagésime, qui commence aujourd’hui. La doxologie de l’hymne a déjà été traduite par Charles de Courbes.

Merci, Seigneur, pour la journée,
Car la lumière est terminée,
Et maintenant que vient la nuit,
Notre oraison vers toi s’en suit.

Les buts que nous avons ratés
Ce jour, fais-les-nous regretter;
Que le sommeil ne soit brisé
Des coups de l’ennemi rusé.

Alors qu’il tourne comme un lion
Pour dévorer, par tentation,
Prends sous tes ailes tes enfants;
Accours, ô Père, et nous défends.

Oh, quand viendra le jour sans fin,
Cette lumière sans déclin?
Quand irons au pays promis,
Qui ne connaît point d’ennemi?

À Dieu le Père soit honneur,
Et à son Fils, notre Seigneur;
Au Saint-Esprit semblablement,
Ores et perdurablement. Amen.

Te læta mundi conditor.

Voici ma traduction de l’hymne Te læta mundi conditor, pour les premières vêpres de la Septuagésime.

Toi, qui as fait le monde grand,
Dans ton repos nous intégrant,
Les chœurs des cieux te chantent vifs,
Sans s’arrêter, des chants festifs.

Comment chanter nous siéra-t-il
Sur cette terre de l’exil,
À nous, dans ce travail pénal,
Déchus de sainteté, banals?

Mais toi, qui proclamas heureux
Les gens qui pleurent, Seigneur Dieu,
Fais-nous pleurer tous ces péchés
Qui dans l’exil nous ont gâchés.

Ainsi, Seigneur, rends-nous adroits,
Remplis d’amour, espoir et foi;
Dans ton repos, fais-nous chanter
Tes hymnes de festivité.

À Dieu le Père soit honneur…

Alleluia dulce carmen.

Voici ma traduction en français de ce chant de déposition de l’alléluia.

Alléluia, chant de fête,
Oh parole d’air joyeux,
Alléluia des poètes,
Oh chanson des chœurs des cieux,
Que sans cesse ils interprètent
Dans le ciel, maison de Dieu!

Alléluia, notre mère,
Ô Jérusalem d’en haut,
Alléluia, sans se taire,
Chantent tes enfants si beau,
Quant à nous, dans nos misères,
Babylone est notre lot.

Alléluia, chant qu’on ôte,
N’étant pas très méritants;
Alléluia, pour nos fautes,
Nous devons pauser un temps
En exil, changeons de note,
Comme il sied aux pénitents.

En chansons spirituelles,
Trinité de notre foi,
Fais-nous voir la Pâque belle,
Et l’Église chantera
Sur terre et aux cieux, fidèle,
Pour toujours alléluia.

Verbum quod ante sæcula.

L’octave de l’Épiphanie s’est clôturée hier. Mais à partir de ce jour et jusqu’avant la Septuagésime, c’est le temps “après l’Épiphanie”, qui continue dans l’inertie de l’Épiphanie. Pour ce temps, voici l’hymne des complies, Verbum quod ante sæcula, que j’ai traduite vers le français. La doxologie – commune à plusieurs hymnes – a déjà été traduite par Georges Pfalzgraf.

Ô Verbe né avant le temps
Du sein du Père tout-puissant,
D’un sein de vierge tu es né
Dans notre temps, Dieu incarné.

Enfant, tu assumais déjà
La tâche de notre rachat:
Tes larmes furent, ô Jésus,
Prélude de notre salut.

Tu as choisi d’être indigent,
Pour enrichir les pauvres gens,
Et par tes larmes tu lavas
L’erreur du monde d’ici bas.

En langes simples, sans aspect,
Tu n’imposas aucun respect;
Ô Dieu, ayant de vils habits,
L’orgueil humain, tu l’humilies.

Du Père tu es descendu
Sauver ce qui était perdu;
Ne laisse pas périr en pleurs
Ceux dont tu te fis le sauveur.

Honneur et gloire à toi, Seigneur,
Manifesté pour nous, pécheurs,
Ainsi qu’au Père et à l’Esprit:
Dieu pour les siècles infinis. Amen.

Quæ stella sole.

Pour les complies de l’Épiphanie, voici l’hymne Quæ stella sole, que j’ai traduite vers le français. La doxologie – commune à plusieurs hymnes – a déjà été traduite par Georges Pfalzgraf.

Quel astre brille grand et beau,
Nous annonçant un roi nouveau?
Aux mages il indique un lieu
Où tu es apparu, ô Dieu.

L’étoile de Jacob sortit
– Car Balaam l’avait prédit –
Et s’arrêta au bâtiment
Où tu vivais, étant enfant.

Or l’astre brille à l’extérieur,
Mais son message dans les cœurs,
Aux mages un visible outil,
Qui vers l’Auteur les a conduits.

Pour ton amour, périls, dangers,
Efforts ne les ont ménagés;
À ton appel, ils ont quitté
Leur terre et leur fraternité.

Cet astre nous guidant vers toi,
Ô Christ Seigneur, ne permets pas
Que par orgueil, nous résistions
À tes lumière et grâce en don.

Honneur et gloire à toi, Seigneur,
Manifesté pour nous, pécheurs,
Ainsi qu’au Père et à l’Esprit:
Dieu pour les siècles infinis. Amen.

Pe strada din Viflaim.

Aujourd’hui, entre deux trains, j’ai traduit vers le français le noël transylvanien Pĕ strada din Viflaim (litt.: Par la rue de Bethléem). Comme d’habitude, ce noël connaît des variantes, et j’ai traduit à partir de celle qui m’est la plus familière.

Dans la rue, en pleine nuit,
Joseph marche avec Marie.

R.: Jésus, l’Éternel,
Naît ce soir, à Noël.

«Viens, allons-nous-en, Marie;
Pour nous, point de place ici.

Viens, Marie, hâtons le pas;
Bethléem ne nous veut pas.»

La maison de la sortie
Du village à eux s’ouvrit.

À la porte était assis
Un jeunet qui dit ainsi:

«D’où venez-vous? Dites net!
– Nous venons de Nazareth.

Aie pitié, jeune homme fort:
Ne nous laisse pas dehors.

Il fait nuit, froid dans la rue,
Et la mère n’en peut plus.»

Le jeune homme, étant gentil,
Poliment leur répondit:

«Près des champs, pour votre abri,
Mon père a une écurie.»

Et ainsi ils sont partis,
Avec cette garantie.

Dans l’étable, sur le foin,
Naît le Christ: Dieu et humain.