Voici ma traduction-adaptation de cette chalende allemande:

Marie marchait dans l’épinaie
Kyrie, eleison,
Qui nulle feuille ne donnait
Depuis sept ans ; s’y promenaient
Jésus et Marie.

2. Mais que portait-elle en son sein ?
Kyrie, eleison,
Elle tenait l’enfant très saint,
Né sans douleur, de force ceint,
Jésus et Marie.

3. Et ces rosiers vite ont produit
Kyrie, eleison,
Des roses, quand ils ont saisi
Que là passaient le saint Messie,
Jésus, et Marie.

Voici ma traduction-adaptation de cette chalende:

Oh, quel vent de glace
À la mi-hiver!
Tout gelait sur place,
Le sol tel le fer!
La bordée de neige,
Le vent s’agitant,
Sous la lune beige,
Dans le temps!

Dieu, que tout l’espace
Ne sait contenir
Ni scruter en face,
Devra revenir.
Mais la grotte-stable
Contenir le sut,
Lui, le Dieu affable,
Christ Jésus.

Lui dont les célestes
Sont le marchepied,
Dans le foin se leste,
En suçant du lait.
Lui, dont la cohorte
D’anges vit aux cieux,
Dort là, sous l’escorte
De ces bœufs.

Anges et archanges
Et les séraphins
Chantent ses louanges
Dans les airs très fins,
Mais seule une Mère
A su l’embrasser
Ici, sur la terre:
C’est assez.

Que veux-tu qu’on t’offre?
Car les mages bons,
En ouvrant leurs coffres,
T’ont fait plein de dons.
Les bergers, sans doute,
T’ont offert les leurs.
Avec toi en route,
Prends nos cœurs.

J’ai traduit poétiquement ce chant de Noël vers le français. Il y a une mélodie, ainsi qu’une seconde.

Quand les bergers, assis, la nuit,
Veillaient sur leurs brebis,
Chez eux un ange descendit,
Et la gloire y luisit.

Il leur a dit : « Ne craignez pas »,
Car ils étaient tremblants,
« Je vous apporte ici la joie,
Bonne nouvelle aux gens !

David aura un successeur,
Puisque dans sa cité
Vient de vous naître le sauveur ;
Allez le visiter.

Pour le reconnaître, un détail
Vous ne sauriez louper :
Il dort dans l’auge du bétail,
De draps enveloppé. »

Le séraphin ayant parlé,
La troupe d’angelots
Chanta en chœur inégalé
Pour Dieu ces fameux laus :

« Gloire à Dieu au plus haut des cieux,
Et sur la terre paix !
La bonne volonté de Dieu
Soit avec ses sujets ! »

Noël wendat-huron.

Sur base de la traduction littérale de Paul Œil-de-Vautour Picard, j’ai versifié le noël wendant-huron:

Chrétiens, prenez courage, Jésus est né ici.
Maintenant que le règne du diable est bien détruit,
N’écoutez plus ce qu’il dit rusé à vos esprits, bas.
Iesȣs ahatönia’.

2. Écoutez les anges du ciel, et ne rejetez
Maintenant tout ce qu’ils vous ont si bien raconté.
Marie mit au monde le Grand Esprit, qu’elle enfanta.
Iesȣs ahatönia’.

3. Et trois chefs cette parole entre eux se sont donnée,
En voyant au firmament l’étoile illuminer :
Ils sont convenus de suivre l’astre beau, pas à pas.
Iesȣs ahatönia’.

4. Qu’ils aillent le voir, c’est ce que suggéra Jésus ;
L’astre allait les conduire à lui, c’est ce qu’ils ont su ;
Ils se dirent donc qu’ils iraient vers l’étoile, déjà.
Iesȣs ahatönia’.

5. Ces chefs firent des cadeaux, lorsqu’ils ont vu Jésus,
Ils lui racontèrent de grandes choses, émus.
Ils le saluèrent, lui parlant du cœur, pleins de joie.
Iesȣs ahatönia’.

6. À présent venez tous le prier et l’honorer.
Il a exaucé nos vœux ; veuillez, donc, l’adorer.
Écoutez-le. Il veut que vous soyez saints par la foi.
Iesȣs ahatönia’.

Wonderful Counselor

Voici ma traduction-adaptation du noël Wonderful Counselor en français:

Les gens qui dans le noir marchaient
Ont vu bien crépiter
La lumière et clarté,
L’étoile en majesté.
Eux que l’ombre de mort gâchait
Ont eu beaucoup de joie!
Que leur devise soit:
Roi de paix, réjouis-toi!

Refrain:
Conseiller Merveilleux
Père éternel des siècles,
Prince de paix, Dieu!

2. Comme on partage le butin,
Et que l’on se réjouit,
Il en sera ainsi
Quand le Christ nous délie.
Il nous donne un salut certain,
Et brisera le joug
Qui pèse sur nos cous,
Pour triompher partout. – R.

3. Un petit enfant nous est né,
Un fils nous est donné,
Son règne est destiné
À être pérenné.
Comme David il va trôner
Pour à jamais régner,
Et tous vont se plier,
Du cœur s’agenouiller. – R.

Bereden väg för Herran

Voici ma traduction-adaptation du chant aventier suédois Bereden väg för Herran:

Que les vallées se dressent
Traçant la voie pour Dieu;
Il vient! les monts s’abaissent!
Christ, l’espoir des aïeux,
De la maison du père
David, juste et sincère.

Refrain:
Béni soit-il, qui bien
Au nom du Seigneur vient!

2. C’est pour nous qu’il arrive,
C’est le roi éternel,
Ayez branches festives,
Habits, processionnels.
Dieu tient bien ses promesses.
Hosanna, Christ, sans cesse! – R.

3. Ouvre, Sion, tes portes,
Pour qu’entre le Seigneur!
Ici viendront de fortes
Nations voir ton bonheur.
Les peuples de la terre
Acclament ta lumière: – R.

4. Il ne vient pas en gloire,
Ni avec des soldats.
Le diable, peste rare
D’orgueil, le précéda.
Christ, par l’Esprit, démarre;
Par sa passion: victoire! – R.

5. Ô peuple élu, déteste,
Rejette le péché!
Le royaume céleste
N’est ni mondain marché,
Ni invention magique,
Ni un gain héroïque. – R.

6. Dans la maison du Père
On va croyant en lui.
Le prix qu’il nous confère
Est pur amour qui luit.
Sa grâce libre est sûre,
Prêchée des lèvres pures. – R.

7. Jérusalem déserte,
Sans sacerdoce en vie,
Demeure nue, sans sceptre;
Son temple est bien détruit.
Mais le Christ règne et gère
Son royaume prospère. – R.

Come, Thou Long-Expected Jesus

Ma traduction-adaptation en français de l’hymne Come thou long-expected Jesus:

On t’attend, reviens sur terre,
Christ Jésus libérateur;
Des peurs et péchés libère
Ceux qui t’ont confié leur cœur.
Espérance de la terre,
Consolation d’Israël,
Toi que les nations révèrent
Et désirent à l’autel.

Quand tu vins la fois première,
Quoique roi, tu fus enfant,
Né, régnant aux cœurs sincères.
Reviens en force à présent!
Guide-nous et nous incite
À tout bien, par ton Esprit;
Par ta croix et tes mérites,
Mets-nous dans ton paradis!

Veni redemptor gentium

Voici ma traduction-adaptation de cet hymne de s. Ambroise pour l’Avent (à la base pour Noël). Mélodie ici.

Reviens, rédempteur des Gentils,
Montre ton issue de Marie,
Telle naissance humaine il faut,
Par vierge pure, à notre Dieu.

2. Non par un homme et son semis,
Mais par l’ombrage de l’Esprit,
Chair le Verbe de Dieu se fit,
Et le fruit du ventre a fleuri.

3. Marie la vierge a donc conçu,
Restant huis clos et sans issue,
Une bannière de vertu :
Dieu dans un tel temple est venu.

4. De sa chambre nuptiale il sort,
Marie est sa demeure encor’ ;
Dieu et humain est ce géant,
Une carrière se frayant.

5. Tu es égal au Père saint,
Et d’un humain corps tu t’es ceint ;
Répare, donc, l’infirmité
De nos corps très débilités.

6. Ta crèche brille ; ainsi la nuit
D’une lumière neuve luit ;
Que nulle nuit interpolée
Ne tue la foi inébranlée.

7. À toi la gloire, ô Christ, bon roi
Ainsi qu’au Père, de nos voix,
Et à l’Esprit-Saint Paraclet,
Dans tous les siècles très complets. Amen.

Sur l’eau.

Poème pour l’Épiphanie.

Sur l’eau, Christ, se mouvait l’Esprit,
Et la rendait féconde;
Des signes d’eau il accomplit,
Pour que la grâce abonde.
Ta création reçut des bains:
Par l’eau d’un grand déluge,
Ils traversèrent le Jourdain,
Ainsi que la Mer Rouge.

Ton peuple impie a traversé
Tout un désert aride;
Tu leur donnas un roc percé
Pour boire une eau limpide.
Tu es le nouvel Israël,
En ton corps tu répètes
L’histoire sainte, Emmanuël,
En toi elle est parfaite.

Tu as reçu dans le Jourdain
Baptême en ta personne;
Représentant tous les humains,
Leur repentance est bonne.
Te baptisant dans cet amas,
Tu as béni l’eau pure,
Puis l’eau en vin tu transformas,
Mutant ta créature.

Dieu, tu guidas les chefs païens
Vers toi par cette étoile;
À tous les peuples de terriens
Ton œuvre se dévoile.
Les mages sont venus chargés
D’or et d’encens, de myrrhe,
Car l’astre les a dirigés:
De loin ils le suivirent.

Ils apportèrent des cadeaux,
Venant aux sources vives,
Fêtant les noces de l’Agneau,
Car ils sont des convives.
Ô serviteurs, prenez vos seaux,
Et remplissez vos jarres,
Et du Jourdain puisez de l’eau:
Dieu fera voir sa gloire!

Sainte Marie, près de son Fils,
Aura sa place à table;
Jean-Baptiste est l’ami du Christ,
Joseph est dans l’étable.
Trois vues: un seul événement:
Jourdain, Cana et mages.
Ô trois personnes, le Dieu grand,
Gloire à toi d’âge en âge!

Добрий вечір тобі.

Voici également une chalende ukrainienne. On peut l’écouter ici.

Bien bonsoir, ô maître
Et seigneur champêtre
R.: Réjouis-toi; oh réjouis-toi, terre; Dieu le Fils vient de naître.

Couvre, donc, la table
D’une nappe, un voile.

Car elles s’apprêtent,
Ces trois grandes fêtes.

La première fête
Sa venue parfaite.

La deuxième fête
Saint Basile en tête.

La troisième fête:
‘Piphanie complète.

Car à la première,
Notre joie s’éclaire.

Et à la deuxième,
Vient le blé qu’on sème.

À l’Épiphanie,
L’eau se sanctifie.