Nicolas_&_GeorgesAujourd’hui, mon Nicolas et moi fêtons 8 ans de mariage.

Mon Nicolas, je t’aime comme au premier jour, et encore davantage!

Oer yw’r gŵr sy’n methu caru / Deck the Hall.

Grâce aux media, tout le monde connaît, même dans le monde francophone, l’air un noël avec «La la la.» On en trouve même une blague dans Le Cœur a ses raisons. À partir d’une traduction littérale du texte gallois (l’original ici), et en atténuant les idées matérialistes, je me suis proposé d’en faire une traduction poétique vers le français, avec une certaine adaptation toponymique. La mélodie peut être écoutée ici.

Il est froid, qui a en haine – Fla la la la la, la la la la
La montagne et notre plaine, (*)
Mais qui aime la rivière
A des fêtes de lumière. (**)

Froides sont les longues lettres
Qu’on reçoit, sans rien omettre;
Chauffe-toi lisant un livre;
Garde bien ton équilibre.

Tout est froid et sous la neige,
S’il n’y a rien qui protège;
La chaleur humaine en tête,
Bonne année, joyeuses fêtes!

______
(*) Changer, selon le cas: La forêt de notre Ardenne, Le pays de la Famenne / de l’eau de Haine / de Calestienne / de la Lorraine / Les polders de notre plaine etc.
(**) Alternativement: Mais qui aime notre Meuse | A les fêtes chaleureuses.

Joyeux anniversaire, mon amour!

Cyprien – je suis roumain.

Cyprien Iov, le cyberhumoriste: « Je suis roumain« . À regarder absolument.

Reno erat Rudolphus.

Je suis sûr que vous connaissez tous le chant gnangnan de Noël américain Rudolf the red-nosed reindeer. Vous l’avez entendu ne fut-ce que dans les supermarchés, avant les fêtes.

Eh bien, certains musiciens d’église scandinaves se sont amusés à le traduire en latin, en composant une mélodie de chant grégorien, tout en y ajoutant un «Alléluia» à la fin.

Pour écouter ce que ça donne, cliquez ici.

Détails ici.

Dernier jour d’été 2014.

Si nous n’avons pas pris de vacances cette année, j’ai quand même réussi à convaincre mon Nicolas d’aller ensemble à la mer. Comme d’habitude, pour lui, c’est une véritable pénitence, que de l’emmener sur la plage.

Eurovision 2014.

Nous avons regardé l’Eurovision. Voici quelle était ma classification:

1. Emma Marrone – La Mia Città (Italie).
2. Pollapönk – Enga fordóma/No Prejudice (Islande).
3. Sergej Ćetković – Moj Svijet (Montenegro).
4. Conchita Wurst – Rise Like a Phœnix (Autriche).

Je suis très content que Tom Neuwirth alias Conchita Wurst ait gagné.

Tout d’abord, parce que je crois que c’est avec ce genre de brisement de clichés – « la femme barbue » – que l’on avancera vers l’égalité des êtres humains. Conchita Wurst en 2014 – comme Dana International naguère – est une gay pride à elle toute seule.

Son classement en tête de l’édition 2014 démontre que l’Eurovision, c’est non seulement « la fête des voisins » en Europe de l’Est, mais également un concours suivi et voté par beaucoup de LGBT.

Avant le concours, plusieurs dizaines de milliers de Russes, Biélorusses et Arméniens ont signé une pétition contre la participation de Conchita Wurst à l’Eurovision, en la qualifiant d’ « antre de la sodomie ». Un jour, leurs petits-enfants en auront honte.

Divergents.

J’ai attendu impatiemment la sortie du film Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu? Par contre, je pensais que Divergents serait mauvais. Après les avoir regardés, je dis: tout le contraire!

1. Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu

L’idée est excellente, mais le résultat est une daube. L’idée qu’il y ait quatre mariages  »atypiques », avec le dernier annonçant quelque chose de typique, mais étant le plus atypique, ça aurait pu marcher.

Mais pour cela, il aurait fallu que l’une des filles – disons l’avant-dernière – épouse… une autre fille!

Ensuite, il aurait fallu une dose minimale de réalisme. C’est à dire qu’en France (et au Benelux et presque partout en Europe), il est obligatoire de se marier à la commune avant d’aller au lieu de culte.

Troisièmement, l’élément religieux, auquel appartient le truc romantique, est complètement bafoué! Pour les laïcards, on ne peut unir qu’en ignorant. La réalité est tout autre. Les autres mariages du film auraient dû être célébrés également à la mosquée, à la synagogue etc. Ensuite, le « mariage catholique » dans le film est complètement irréaliste. Pour un film pas cher, un minimum aurait été de consulter une personne qui va à la messe. On n’assied pas les mariés sur des chaises en plastique; on ne place pas cinq ciboires sur l’autel au début de la messe etc. Le tout: lamentable!

2. Divergents

Un film qui a énormément de mérites! En voici le résumé. La société donnée partage la population en cinq castes arbitraires. 5% des enfants quittent la caste de leurs parents, en allant dans une autre caste. Les parents disent approuver le choix de leurs enfants (qui, d’ailleurs, n’est pas un choix, mais une disposition innée). Toutefois, si les enfants partent vers une autre caste, les parents n’approuvent pas la démarche de leurs enfants. On dit de ces enfants qu’ils trahissent. Mais il y a également des enfants qui ne se sentent bien dans aucune des castes, mais dans toutes à la fois: ce sont les « divergents ». Ces adolescents n’ont pas d’autre choix que le faire-semblant: ils doivent s’adapter à l’une des castes. Sinon, ils deviendront des SDF, et leurs familles d’origine ne les reprendront plus. Mais il y a une phobie contre les divergents. Et les pires divergentophobes sont eux-mêmes des divergents dans le placard.

Quelles belles métaphores! Notre société est partagée en 2 sexes arbitraires, et ceux qui ne se sentent dans aucun, ou dans les deux à la fois, sont vus comme des rebuts de la société. Du coup, ils font semblant d’appartenir à l’un des deux sexes. Et il y a aussi des gais et les lesbiennes. Les parents prétendent souvent qu’il s’agit d’un choix, et qu’ils respecteraient le choix de leurs enfants. En réalité, il n’y a qu’un choix: celui du malheur.

Dans ce film, une caste (les intellos) utilise une deuxième (les militaires) pour massacrer une troisième (les altruistes). Cela rappelle certains épisodes de l’histoire, ainsi que toute forme de totalitarisme.

Solomon Northup.

Hier soir, Nicolas et moi avons été au cinéma pour regarder le film 12 ans d’esclavage. Il s’agit d’une mise en scène de l’autobiographie de Solomon Northup.

C’est le film biographique le plus poignant que j’ai vu depuis deux ou trois ans.

La Bible est omniprésente à côté de la torture. Cela permet de faire un état de l’utilisation perverse de la Bible, comme moyen d’oppression.

La bande-annonce du film: ici.

Tintin en Arménie?

Il y a quelques semaines, j’ai découvert quelque chose de bizarre dans l’un des épisodes de Tintin. Il y a là un texte en arménien, qui représente les noms: Արմէն (Armén), répété, et Սիրակ (Sirag = «Sirach»), ainsi qu’un nom de famille mal orthographié.

Devrait-ce être un «Tintin en Arménie?»

À propos d’Arméniens, l’autre jour j’ai découvert un groupe de métal chrétien arménien: Blood Covenant. Voici leur version du Notre Père, sur YouTube.