A couple of years ago, as I was studying in order to obtain my master’s degree in ecumenism, I was writing one of my essays about the steps the different Churches should take in order to achieve a worldwide full-communion agreement. One of my six key points was the episcopate. I was squeezing my brain to find a solution that would be acceptable to both episcopal and non-episcopal denominations. The solution I proposed seemed to work in the ecumenical context, and I dare put it again on the table, in the context of the financial crisis that the Churches are going through.

Il y a quelque temps, dans le cadre de mes études de master en œcuménisme, j’ai écrit un travail de fin d’année, dans lequel j’identifiais six points de discorde entre les différentes Églises, ainsi que des solutions concrètes pour les résoudre, et pour pouvoir arriver ainsi à la pleine communion. L’un des six points, c’était l’épiscopat. Je me suis efforcé à trouver une solution sur l’épiscopat qui soit acceptable à la fois aux Églises épiscopales et non-épiscopales. Je reviens avec mon idée, non plus dans le cadre de l’œcuménisme, mais dans le contexte de la crise financière des Églises.

There should be put in place very small dioceses, of 3 to 10 congregations. The bishop of the diocese should be the parochial pastor of one of the parishes. As the parochial pastor, one should stay in the parish as long as desired, but as a bishop of the diocese, only for a limited mandate.

Tout devrait être réorganisé en des diocèses minuscules, avec 3 à 10 communautés paroissiales chacun. L’évêque de chaque diocèse devrait être également le curé de l’une de ses paroisses. Le mandat d’évêque devrait être limité, mais après son mandat l’évêque devrait rester curé de sa paroisse.

Let’s say there is a diocese of ten congregations, organised as five parishes: A, B, C, D, E. The parish church of A is the cathedral, because it is the most central. Nevertheless, Bishop Dana is the rector of parish D. Well, Bishop Dana will continue hir ministry in hir parish D, while, in addition, Dana would also be the bishop of the whole diocese of five parishes. Seven years later (cf. the biblical concept of “week of years”), Dana retires as diocesan bishop, but continues hir ministry in the parish.

Supposons un diocèse de dix communautés, organisées en cinq paroisses A, B, C, D, E. La cathédrale, c’est l’église paroissiale A, qui est la plus centrale. Néanmoins, l’évêque Machin est également curé de la paroisse D. Mgr Machin continue son ministère de curé, tout en étant évêque du diocèse minuscule. Après sept ans (cf. le concept biblique de « semaine d’années »), Mgr Machin se retire en tant qu’évêque, mais continue à être curé dans sa paroisse.

Bishoply tourism should be forbidden. The first condition for someone to apply for the episcopal office should be to have been active, or at least present, in the diocese some time prior to the application.

L’épiscopat-tourisme devrait être interdit. Lorsque quelqu’un dépose sa candidature pour devenir évêque, la première condition serait d’avoir servi dans le diocèse un certain temps, ou au moins d’y avoir vécu pendant une période requise.

Bivocational/non-stipendiary priesthood and deaconate should also increase, having in each congregation a high percentage of priests and deacons. The training for the holy orders should be much more accessible, so that many lay people who are involved in the parish may at the same time continue their family life and jobs, and train for presbyterate or deaconate.

Il faudrait privilégier et augmenter la prêtrise et le diaconat bivocationnels, non-stipendiaires, pour qu’il y ait dans chaque congrégation un pourcentage important de tels prêtres et diacres. La préparation aux saints-ordres devrait être démocratisée, pour que les laïcs impliqués puissent être formés pour les saints ordres, sans devoir quitter leur famille, leur job, leur domicile etc.

In our example, let’s say that the parish B is made up of three tiny congregations of twenty regular persons apiece, which add up as about sixty regular attendees. Of these sixty, twenty should be ordained as priests or deacons, and besides, ten others should be subdeacons (lay Eucharistic ministers), ten other lay readers, cantors etc. The whole pastoral work and care should be divided among those twenty non-stipendiary clergy persons, and none would have to tread on anyone’s toes. Some work on night shifts and/or on weekend schedules, which means that the whole parish activity would get reorganised.

Pour reprendre notre exemple, disons que la paroisse B est formée de trois congrégations d’une vingtaine de pratiquants chacune. De ces soixante personnes environ, vingts devraient devenir prêtres ou diacres, ensuite une dizaine seraient sous-diacres (ministres laïcs de l’Eucharistie), dix autres seraient lecteurs, chantres etc. L’ensemble du travail pastoral serait reparti entre les vingt prêtres et diacres non-stipendiaires, et les gens ne se marcheraient pas sur les pieds. Certains travailleraient forcément les fins de semaine et/ou en horaire décalé, donc toute la vie paroissiale deviendrait plus souple.

Let’s say the parish A is wealthy enough to pay a full-time priest. This should not hinder regular parishioners from training and ordination as bivocational priests for the same parish. They would do less for the parish, and the paid priest would do more, but the latter would do a great help to the former.

Supposons que la paroisse A a assez d’argent pour se permettre un prêtre à temps plein. Cela ne devrait pas freiner les paroissiens qui veulent devenir des prêtres bivocationnels pour la même paroisse. Au contraire, ils seraient une aide précieuse pour le curé.

As in the early Celtic monachism, the abbots should also be bishops. It would not be difficult to create monastic tiny dioceses, with one abbey and two or three convents.

Conformément au monachisme celtique, les abbés devraient être en même temps évêques. À la limite, des diocèses monastiques pourraient être facilement créés, avec une abbaye et deux-trois couvents y rattachés.

A couple of times every year, there should be only one Mass for the whole tiny diocese, in the cathedral church, namely for the Easter vigil, Whitsun vigil, Epiphany vigil, Maundy Thursday, and ordination Eucharists. As a rule, baptisms and confirmations together with the first communion would be easily celebrated only in the cathedral on the first three. For the lay people who do not wish to go to the cathedral after their baptism-confirmation-first-communion day, they would still have in their respective parishes the non-vigil Mass for Easter day and Pentecost day.

Quelques fois par an, il ne devrait y avoir qu’une seule Messe pour le mini-diocèse tout-entier, à la cathédrale, à savoir une seule vigile pascale, une seule vigile de la Pentecôte, une seule de l’Épiphanie, une seule Messe du Jeudi-Saint, ainsi qu’une seule pour les ordinations. Les trois vigiles précitées devraient être les seules occasions régulières pour la célébration des baptêmes & confirmations & premières communions. Si les laïcs n’ont pas envie d’aller à la cathédrale en dehors du soir de leur propre baptême-confirmation-première-communion, ils auraient quand même la Messe du jour pour ces mêmes fêtes.

The early Church only had the diocese-parish in the city, with one bishop and many clergy serving at the one altar. Most of the people got baptised & confirmed & communed for the first time at the Easter vigil, on the same night, under one bishop. When Christianity expanded to the countryside, the priests went to serve the villages as “rectors” or “vicars” of the bishop, but this situation created many anomalies of which we still suffer today. On the one side, both in all the Churches of the whole East and in some parts of the West, the priest – and not regularly the bishop – presides at those three sacraments of initiation. On the other side, in most Churches of the West, the three sacraments of initiation are torn apart: the priests baptise, then the bishop confirms many years later, and the first communion takes place in between, according to the local custom. The Presbyterians and other protestants tried to go back to the early Church model, but their result is not entirely satisfactory everywhere.

L’Église primitive ne connaissait que la paroisse-diocèse urbaine, avec un seul évêque entouré de son clergé à un seul autel. La plupart des gens recevaient le baptême imédiatement suivi de leur confirmation et de leur première communion, lors de la vigile pascale présidée par l’évêque. Lorsque le christianisme s’est répandu à la campagne, les prêtres allaient dans les villages, pour les desservir au nom de l’évêque, mais cette situation a créé beaucoup d’anomalies, dont nous souffrons encore aujourd’hui. D’une part, dans toutes les Églises orientales et quelques Églises occidentales, c’est le prêtre – et non plus l’évêque – qui préside aux trois sacrements de l’initiation. D’autre part, dans la plupart des Églises occidentales, les trois sacrements d’initiation ont été disjoints: les prêtres baptisent, puis l’évêque donne la confirmation des années plus tard, et la première communion a lieu à un moment donné, comme un électron libre. Les réformés et autres protestants ont essayé de retourner au modèle de l’Église primitive, mais leurs résultats sont tout à fait discutables.

When I saw, a couple of days ago, the difficult situation in which the Churches were financially, and read on internet the idea – that some viewed as a solution – to drastically reduce the number of the dioceses, I realised that what I had proposed in an ecumenical context should work even in isolation. If we cannot afford salaries for 120 bishops, the best solution – even if we exclude the sacramental side, which we may not do – is to divide the work, and have 2000 bishops without a bishop’s wage. Today we have deans, sub-deans, rural deans, assistant rural deans and the like. All these and many others should just be consecrated into the episcopacy.

Il y a quelques jours, j’ai vu la situation difficile dans laquelle se trouvaient certaines Églises, et j’ai lu sur internet que certains voudraient y rémédier en réduisant le nombre des diocèses. Je me suis rendu compte que ce que je n’envisageais que du point de vue de l’unité des chrétiens pourrait être la vraie solution, en dehors de tout contexte œcuménique. Si nous ne nous permettons plus de payer des salaires d’évêques à 120 fonctionnaires, la meilleure solution – même en mettant de côté le côté sacramentel de l’épiscopat, chose inconcevable – serait de diviser la charge de travail, et avoir 2000 évêques qui gagneraient la même chose que tout le monde. Aujourd’hui on a des doyens, sous-doyens, sous-sous-doyens, ruraux et urbains etc. Tous ces gens et d’autres comme eux devraient pouvoir être sacrés évêques.

Trackback

no comment untill now

Add your comment now

*