Voici un autre noël transylvanien de langue roumaine que j’ai traduit poétiquement vers le français. Toujours le motif pastoral, avec, comme personnage, le berger Laire. Je suppose qu’il s’agit d’une personnification du Laire ou Lac de Côme, devenu prénom, puis nom de famille en Lombardie et au nord de la Roumanie (Lariu, Lario).

Là plus bas, au val dessous,
Quels troupeaux d’ouailles d’un coup
Sortent près du gué très doux!
Qui travaille
Pour ces ouailles?
C’est bien Laire,
Pâtre et père,
Au flageol bien maîtrisé,
Au merlin très aiguisé.
« Ne vous laisserai-je au loup?
Depuis qu’à vous je me voue,
J’ai des poils blancs comme vous! »
Mais une ouaille
Grise braille:
« Ne nous laisse à l’abandon,
Car nous t’offrirons des dons:
À Noël
Lainage bel;
À la Pâq’
Un bon sérac,
À Saint-Geor’
Fromage fort;
Lait très bon
À l’Ascension. »

Trackback

no comment untill now

Sorry, comments closed.